Pois ou Polka Dot?

Si simple et pourtant indémodable, le motif a pois est le fruit d’une riche histoire.
Confettis délicats ou pois graphiques, il offre une infinité de combinaisons d’échelles, de couleurs ou de rythmes.

 

Manteau Comme des Garçons, Vogue Chine I Yayoi Kusama I Modèle Almantas Petkunas, photographe: Michiel Meewis, stylisme  Nickey Warunthorn, Prestage Magazine I 

Sculpture Harumi Nakashima

 

Si le motif à pois jouit d’une plus grande liberté d’interprétation, le Polka dot se caractérise par ces ronds identiques placés à intervals réguliers.
Il faut remonter au Moyen Âge en Europe pour y découvrir que les imprimés à pois avaient alors mauvaise réputation. Aucune machine n’étant capable de dessiner des motifs réguliers et identiques, une étoffe à pois tracés de manière irrégulière était synonyme d’impureté, faisant références aux lésions laissées par les grandes épidémies comme la peste ou la lèpre.
Cette sombre image se poursuivra jusqu’à la Renaissance.

Il faut attendre le 19e siècle pour voir l’apparition de ce désormais classique indémodable.
D’abord appelé pois-suisse, quinconce en France ou lunares en Espagne (petites lunes), il apparaît avec l’invention de la machine à coudre permettant de reproduire des pois identiques.
L’association avec la danse est assez floue, cependant l’engouement pour celle-ci est immense en Europe autour des années 1840 et le motif se retrouve sur certains vêtements nés de cette “Polkamania”.
En revanche l’arrivée de ce motif aux États Unis est plus claire, marquée par l’élection de Miss America en 1926, dans son maillot de bains à pois.
Mini Mouse l’adoptera également, bien que ce motif soit difficile à animer, contribuant à le démocratiser.
Synonyme de légèreté, le pois se décline sur tous les supports, y compris à l’extrême comme en témoigne le fascinant travail de l’artiste japonaise Yayoi Kusama.

Pour la petite anecdote, c’est d’ailleurs le motif préféré de Vicky qui le revisite depuis des années avec une fascinante créativité!