Les motifs de nos tricots torsadés

Tricotés par nos grand mères, ils ont également gagné le design d’intérieur sur les jetés, les coussins avant même d’être imprimés sur nos pyjamas.

Mais connaissez-vous l’origine des ces motifs en relief?

De gauche à droite: Steve McQueen, Grace Kelly, pêcheurs des îles d’Aran

Il faut se rendre en Grande Bretagne, plus précisément dans les îles d’Aran à  l’ouest de l’Irlande dans les années 1890-1900, peuplées de fermiers de de pêcheurs. En effet, ces chandails de laine étaient à l’origine fabriqués pour les pêcheurs par leurs femmes dans une laine épaisse, aux propriétés isolantes et résistantes à l’humidité, avant d’être commercialisés dans les années 1940.

Mais ce qui nous intéresse en particulier, ce sont les motifs bien plus complexes que les célèbres torsades, qui ornent les bras et le torse. Plusieurs hypothèses entourent leurs origines. Ils pourraient notamment s’être inspirés des dessins gravés les mégalithes présents dans la région.

Chaque chandail est composé d’un agencement de cinq à six motifs en relief reprenant des formes géométriques.

On leur attribue diverses propriétés de protection, la torsade représentant les filets des pêcheurs, symbole visant à leur porter chance et sécurité, le nid d’abeille évoquant le travail, les motifs en diamant la santé et le succès, le point de treillis représentant les paniers de pêche en signe d’abondance et de pêche fructueuse, pour n’en citer que quelques uns.

On dit aussi que ces motifs uniques à chaque famille permettaient ainsi d’identifier un pêcheur lorsqu’il s’était noyé.

Par la suite ces tricots aux motifs si reconnaissables connaîtront un succès populaire après avoir été adoptés par des vedettes de l’époque comme Grace Kelly en couverture de Vogue dans les années 1950, Steve McQueen , Elvis Presley ou encore Marilyn Monroe.